RUNA KHAN ET L'ASSOCIATION FRIENDSHIP

friendship alain runa

friendship 2

friendship 3

RUNA KHAN ET L'ASSOCIATION FRIENDSHIP

tous les ans, cojean reverse 10% de ses bénéfices à la fondation nourrir aimer donner, créée en 2011 sous l’égide de la fondation de france afin de lutter contre la pauvreté et contribuer au développement durable des communautés les plus démunies.

en 2016, alain cojean rencontre runa khan, par l’intermédiaire d’une amie commune.
runa est issue de l’une des plus grandes familles du bangladesh. elle aurait pu vivre de manière très confortable dans son pays mais elle a choisi de s’investir à mille pour cent dans la fondation « friendship » qu’elle a fondée en 2001.
incroyablement dévouée à sa cause, runa travaille avec une efficacité redoutable sur une multitude de sujets d’aide aux plus démunis, principalement sur fond de désastre climatique et écologique.

runa a notamment imaginé des bateaux hôpitaux afin de pouvoir atteindre les populations isolées de son pays et de leur fournir des soins.
ces navires-hôpitaux, au nombre de trois, sont mobiles et déménagent tous les deux mois pour servir un autre endroit. ils sont dotés de professionnels locaux, mais grâce aux partenariats internationaux de la fondation, des équipes de médecins étrangers visitent les navires tout au long de l’année pour fournir un soutien médical et une expertise supplémentaires.

200 cliniques satellites complètent ces trois navires afin d’accéder aux zones les plus isolés. ce sont des plus petits bateaux qui transportent une équipe composée d’un ambulancier paramédical, d’un éducateur sanitaire, d’un assistant médical ou infirmier (tous supervisés par un médecin).
ces cliniques satellites offrent une gamme de services comprenant des vaccinations, la planification familiale, des conseils en nutrition, des visites hebdomadaires d’éducation sanitaire.

l’organisation est millimétrée et d’une efficacité totale. chaque cabine du bateau est consacrée à une spécialité de la médecine (gastro-entérologie, dentiste, ophtalmologie, gynécologie, pédiaterie, etc...). le système de soins qui y est développé est remarquable et permet de fournir des soins de santé primaires mais également certaines procédures chirurgicales aux communautés très difficiles à atteindre depuis le continent.
cette organisation permet de soigner chaque mois 250.000 personnes vivant dans une pauvreté extrême et n’ayant évidemment aucun moyen de se soigner autrement.
plus récemment, suite à ce que l’on peut appeler un génocide, runa a mis son énergie véritablement hors du commun et son efficacité dans l’aide aux réfugiés rohingyas.

plus d’un million de personnes originaires du rakhine à myanmar ont quitté leurs terres afin de fuir les violences extrêmes perpétrées par l’armée birmane, la police et les milices locales. les multiples témoignages de massacres des survivants sont glaçants. ce million de personnes a traversé la frontière de myanmar pour se réfugier au bangladesh. sans rien d’autre que le peu de vêtements qu’ils portaient, sans argent, sans eau, sans nourriture, sans rien. pendant la traversée, certains naissent sur la route, d’autres y meurent. runa et ses équipes ont été parmi les premiers à mettre les pieds dans ces camps. les besoins en eau potable restent évidemment immenses. certains ne boivent que de l’eau des rizières, des flaques ou des trous d’eau peu profonds creusés à la main. plus d’un million de personnes y vivent, dans des abris plus que précaires. les maladies transmissibles sont évidemment apparues en raison de cette forte densité de population alimentée de nombreux arrivants chaque jour avec un afflux continu de nouveaux agents infectieux.

dans ces camps, runa a ouvert plusieurs cliniques gérées avec une grande efficacité. ces cliniques reçoivent du matin au soir, des réfugiés, principalement des jeunes enfants avec leurs mères et des personnes âgées. ces cliniques servent aussi parfois de maternité.
suite à la visite dans les camps avec runa, alain a décidé via la fondation « nourrir aimer donner » de financer la construction d’une clinique et de prendre en charge - chaque année -
la totalité de son financement (médecins, infirmières, fonctionnement , etc...)
à ce jour, friendship mobilise plus de 1.800 volontaires et aide plus de 500.000 personnes par mois.